Eau potable

Économie d'eau potable

Une bonne partie de l’eau « consommée » dans nos activités courantes est tout simplement gaspillée. Nous laissons le robinet ouvert pendant que nous nous brossons les dents; nous faisons fonctionner le lave-vaisselle et la machine à laver sans les charger complètement. En fait, partout où nous utilisons de l’eau, il y a place à amélioration. Voici quelques exemples d’économies d’eau à l’intérieur et à l’extérieur :

Intérieur de la maison :

  • Gardez une bouteille d’eau au réfrigérateur, ce qui vous évitera de laisser couler le robinet jusqu’à ce que l’eau soit froide lorsque vous voulez vous désaltérer (rincez la bouteille tous les deux ou trois jours).
  • Régler le niveau d’eau de sa machine à laver selon le volume de vêtements à laver.
  • Régler la machine à laver et le lave-vaisselle au cycle le plus court.
  • Gratter les assiettes plutôt que de les rincer avant de les placer au lave-vaisselle.
  • Pour la vaisselle à la main, utiliser des bassins de vaisselle, cela évitera de laisser couler de grandes quantités d’eau inutilement.
  • Vérifier régulièrement les robinets et les toilettes de son domicile afin d’éviter les fuites.
  • Ne pas décongeler les aliments sous l’eau ; baignez-les plutôt dans un bol d’eau ou mettez-les au réfrigérateur, cela prendra le même temps.
  • Évitez de vous servir de la toilette comme d’une poubelle et d’actionner inutilement la chasse d’eau.
  • Une douche rapide consomme moins d’eau chaude (et d’énergie) qu’une baignoire bien remplie.
  • Fermer l’eau entre les diverses étapes du brossage des dents et du lavage des mains.

Extérieur de la maison :

  • Plus de la moitié de l’eau servant à arroser les pelouses et les jardins est perdue par évaporation ou par le ruissellement en raison d’un arrosage excessif. Déterminez la quantité d’eau dont votre pelouse a réellement besoin. En général, la plupart des jardins ont besoin de 2 à 3 centimètres (1 pouce) d’eau par semaine.
  • Mieux vaut un arrosage peu fréquent mais lent et profond, et seulement si les pluies ont été insuffisantes ou jusqu’à ce que le gazon aie atteint 10 cm.
  • Régler la hauteur de coupe de la tondeuse à gazon à un niveau supérieur (environ 7,5 cm). Legazon plus long conservera mieux son humidité.
  • Choisir de préférence le matin ou le soir pour l’arrosage afin de diminuer les pertes parévaporation en plein jour.
  • Pour l’installation de gicleurs extérieurs, opter pour des modèles à arrêt automatique et munis de pluviomètres ou de détecteurs d’humidité.
  • Quand vous lavez votre voiture, remplissez un seau d’eau et employez une éponge. Vous pouvez ainsi économiser quelque 300 litres d’eau.
  • Utilisez des tuyaux micro-poreux ou des systèmes d’irrigation qui économisent l’eau.
  • Utilisez un balai pour nettoyer l’entrée, plutôt qu’un boyau d’arrosage.
  • Couvrir la piscine extérieure lorsqu’elle n’est pas utilisée pour réduire l’évaporation.
  • Arrosez les légumes et les fleurs avec un arrosoir.
  • Préférer les fleurs indigènes et vivaces dans vos aménagements paysagers, elles sont plus résistantes à la sécheresse.
  • Regrouper les espèces ayant des besoins similaires en eau et offrir aux plantes un bon terreau qui retiendra l’eau facilement et permettra de réduire la fréquence d’arrosage.
  • Récupérer l’eau de pluie.

Bilan annuel

En vertu du règlement sur l’eau potable, les responsables de systèmes de distribution desservant une clientèle résidentielle et plus de 20 personnes devront produire, au plus tard au 31 mars de chaque année, un bilan de la qualité de l’eau potable pour la période du 1er janvier au 31 décembre de l’année précédente.

Différents renseignements devront figurer au bilan, dont le respect des exigences et normes applicables ainsi que les mesures prises en cas de dépassement pour corriger la situation.

Ce bilan, qui doit être fourni au Ministère ainsi qu’aux utilisateurs, sur demande, doit être conservé durant au moins cinq ans. De plus, les responsables de systèmes municipaux doivent l’afficher au bureau municipal et faire mention dans leur bulletin municipal et sur leur site internet, le cas échéant, de l’endroit où les utilisateurs peuvent se le procurer.

Précisions sur l'eau potable produite

Dans le but de bien informer les gens sur le système de traitement de l’eau potable, voici un résumé de la chaine de traitement à l’usine de filtration située au 65, 4e rang Saint-Aubert :

• Dégrillage grossier au barrage : Pour retenir les branches et les débris grossiers venant de la rivière et de la forêt.
• Dégrillage plus fin à l’entrée de l’usine : Pour retenir les feuilles.
• Ozonation : Injection d’un gaz dans l’eau (ozone) pour la désinfection et pour enlever les matières dissoutes qui donnent une coloration à l’eau. Le gaz s’évapore par la suite et il ne laisse aucun résiduel dans l’eau.
• Filtration : L’eau qui a été ozonée passe à travers une couche de sable et de gravier fin pour retirer les matières fines qui sont en suspension dans l’eau. Au cours de cette étape, l’eau puisée dans la rivière qui avait une apparence un peu trouble devient limpide.
• Injection d’hypochlorite de sodium (eau de javel) et de sulfate d’ammonium : Ces deux produits se combinent ensemble et forment la monochloramine. La monochloramine est un résiduel de désinfectant qui est obligatoire dans le réseau de distribution et qui prévient contre les éventuelles contaminations qui pourraient avoir lieu dans le réseau (comme par exemple lors d’un bris d’aqueduc pour lequel il y aurait infiltration ou effet siphon).
• Désinfection aux ultraviolets : Les rayons émis par les lampes UV complètent l’étape de désinfection de l’eau en désactivant les microorganismes tels que les coliformes qui deviennent inoffensifs pour les humains.

À noter que très peu de produits sont injectés dans l’eau à l’usine de traitement pour les populations de Saint-Aubert et de Saint-Jean-Port-Joli. D’ailleurs, aucun fluor n’est ajouté et l’ozone et les rayons UV ne laissent aucun résiduel. Le seul résiduel de produits chimiques est la monochloramine formée par la combinaison de l’hypochlorite de sodium et du sulfate d’ammonium. Ce résiduel est obligatoire pour protéger l’eau distribuée dans le réseau.

X